Clic 6 - Le CLIC 6 est un dispositif d’information et de coordination destiné aux (...)

Archives

Témoignage collectif des participants au groupe d’aide aux aidants du CLIC 6

Témoignage collectif de Martine*, Rachel*, Boris*

"Au printemps 2012, nous avons pris contact avec le CLIC 6 parce que nous étions démunis, isolés face à notre souffrance et à celle de la personne handicapée et âgée dont nous nous occupons quotidiennement depuis des mois voire des années.

Nous étions tous différents, dans le groupe d’une dizaine de personnes, par nos âges, notre commune de provenance, nos métiers et par notre lien familial à la personne dépendante. Nous sommes soit leurs conjoints, soit leurs enfants ou leurs proches collatéraux. Chaque cas de la personne aidée est particulier : grand âge, état d’évolution de la maladie invalidante (Parkinson, Alzheimer, Accident Vasculaire Cérébral), degré d’autonomie réelle ou perçue par l’handicapé/e. Par les soins et l’attention que nous leur donnons en permanence nous devenions dépendants de leur rythme, ce qui conduisait parfois à nous oublier.

A la suite d’au moins un entretien avec le CLIC 6 nous avons pris conscience que nous avions besoin d’aide pour nous reconstruire, nous informer et ainsi encore mieux aider notre proche. Le CLIC 6 nous l’a apportée en nous proposant une réunion mensuelle de deux heures, en groupe d’échanges dont la vocation première n’était pas seulement de nous informer mais de nous permettre d’exprimer notre mal-être, d’échanger notre vécu et nos expériences, dans le respect de la confidentialité.

Les réunions étaient animées par une assistante sociale et une jeune psychologue. Elles nous accompagnaient dans nos débats, nous guidaient, nous rassuraient le plus souvent quant à nos ressentis parfois culpabilisants. Elles permettaient de pondérer les propos de chacun durant nos échanges. Elles étaient les garantes, les facilitatrices de notre communication et elles faisaient ressortir l’essentiel. Elles ont su rester neutres.

Au cours de ces séances, ce qui nous paraissait démesuré l’était moins au regard de la douleur des autres. On prenait conscience que nous éprouvions tous la même chose, vivions tous des difficultés semblables ce qui nous a permis de relativiser notre propre souffrance et notre isolement.

Ainsi, nous avons « appris » à moins nous culpabiliser, à nous autoriser du « temps pour soi » et en définitif à nous accorder du temps libre (repos, activités culturelles et sportives…). Quelques uns d’entre nous ont réussi à prendre une semaine de vacances pour souffler et se changer les idées. D’autres ont pris des décisions qui semblaient insurmontables auparavant. Nous nous sommes également autorisés à faire appels aux autres (professionnels ou non), à déléguer et avoir des projets pour l’avenir. Petit à petit, cette manière de vivre notre quotidien nous a redonné du plaisir et du bien-être, certes relatifs mais existants.

Nous pensons, toutefois, que dans nos discussions nous aurions pu aller encore plus loin dans notre réflexion, si une perche nous avait été tendue pour relancer les échanges d’idées, pour approfondir ce que l’on voulait dire, ou pour mieux nous observer au quotidien et éviter des écueils.

Ce principe de groupe d’échanges d’aide aux aidants est d’un grand intérêt. On peut regretter son manque dans la société actuelle individualiste. Nous l’affirmons, une telle expérience d’échanges donne un regard différent. Même si nous ne souhaitons à personne de connaître les difficultés liées à la dépendance et à l’aide que l’aidant doit donner, pour celles et ceux qui en seront confrontés nous vous engageons à contacter le CLIC 6 et à participer à ce type de groupe."

* pseudonymes